Ritz Bar

Un lieu d’initiés à l’esprit bistrot et aux codes Art Déco. Il échappe à tout protocole sous son plafond recouvert de feuilles d’or. Convivial, décontracté, le Ritz Bar a le verbe joyeux et le cadre nuiteux. Prisé à l’heure des premiers cocktails ou pour un tête-à-tête tardif ni vu ni connu, le temps interrompt sa course ici. La table d’hôte centrale et la dizaine de tables se partagent ce speakeasy à la bande son entraînante et dans l’air du temps, tout simplement Ritzy.

Cocktails et Tapas Tous les jours, 21h30 - 02h
sans réservation
Le Ritz Bar Grand Jardin

Le Ritz Bar prend ses quartiers d'été

Au coeur d’une Place Vendôme symbolique du prestige citadin, le Ritz Paris déploie son ruban vert «à la française».

Comme un secret d’initiés, on s’y retrouve pour fêter les beaux jours comme on le ferait dans un jardin de famille.

Excepté qu’entre pétanque et jeu de quilles, barbecue dominical et apéritivo chic, c’est le chariot de glaces maison du Chef Pâtissier François Perret qui puise dans le panier des saisons. Il se passe toujours quelque chose au jardin du Ritz Paris quand le thermomètre grimpe.

D’ailleurs, pour accompagner les belles heures de sa terrasse, le Ritz Bar s’est inspiré d’un bouquet de fleurs de campagne qui inspire la carte de cocktails : coquelicot, violette, jasmin, sureau.

Il était une fois

Un "speakeasy"
avant l’heure

À l’origine, le Ritz Paris est… sans bar. Mais les Cole Porter, F. Scott Fitzgerald, Ernest Hemingway et autres « expats » qui fuient la prohibition américaine et font de Paris une fête rêvent de pouvoir y tenir buvette. César Ritz se laisse convaincre.

En 1921 s’ouvre, côté Cambon, le Ritz Bar. Il se nomme alors « Le Café Parisien » et est réservé aux hommes.

Mais la femme de Charles, le fils de César, ayant l’impertinence de s’y inviter, il est décidé en 1926 d’en ouvrir un second, en vis à vis. D’abord destiné aux dames, ce «Petit Bar» deviendra en 1994 le Bar Hemingway.

Mais à tout seigneur, tout honneur : c’est au Ritz Bar que tout a commencé et que le frisson du taffetas s’est mêlé pour la première fois à celui des cocktails.